Search
  • Aurélie Peters

Enchanté... Je suis la femme

Si vous cherchez la sécurité, je ne peux vous le donner. Je suis le vent et l’imprévisibilité. Je viens vous déranger, vous challenger. Je danse autour de vous, je vous enchante et puis je disparais.


Je vous offre mon extrême présence, suivi par une extrême absence. Tel le vent qui souffle et qui s’endort. Une brise qui vous fait vivre des rêves et vous laisse dans le vide pour réaliser que votre avant était creux, sans perspective et sans idéaux.


Je vous rappelle ce qui faisait partie de vos rêves et que vous ne pensiez possible. Je vous chamboule tout en vous laissant à votre sort, à vos idées, à vos espoirs. Je suis le changement.


Je suis la vie en rose et l’ombre de votre ombre. Fatale et douce, je vous étouffe pour vous faire renaître.


Ne cherchez pas à me comprendre, ne cherchez pas à me stabiliser, ni à m’éviter, je suis l’air qui circule autour de la terre qui connaît ses racines dans le bleu de l’ozone. Je vous fais respirer dans le tourbillon de la vie. Je vous écarte de votre chemin pour vous faire découvrir un autre destin.


Qui suis-je ?


Je suis les quatre saisons ; la mort, la renaissance, l’abondance et l’abandon. Je suis le silence qui fait crier votre voix interne, à vous souhaiter le mieux, à vous faire agir.


Je suis la liberté, qui est tout et rien à la fois. Je vous laisse décider, penser, réaliser, ce qui est le mieux pour vous. Je suis le bonheur qui suit après ou pendant le manque, l’abandon, la douleur et la tristesse. Je suis le Cœur qui bat. Je ne suis ni bon ou mauvais, je suis tout simplement. Je suis mon cours et mon rôle est de suivre les ruisseaux, les déviations, surmonter les barrages, découvrir les lacs et émerger dans la mer. Je suis là pour vous faire réaliser que vous êtes invincibles et que rien ne vous retient.


Je suis le contraire de tout ce que la société vous a appris. Je suis l’inconditionnel, l’exposant, l’infini et le magique. Je suis le mystère tangible. Je suis simplement le cycle naturel de la vie.


Alors à vous de décider où vous voulez vous positionner sur la roue du changement. Sur le rebord où tout tourne insupportablement ? Ou au centre où vous observez le changement dans le calme ?


Je suis sauvage, je suis incontrôlable, je suis la fantaisie, je suis l’amazone. Je suis la première femme d’Adam, Lilith, et je vis heureuse dans ma canopée. Je flotte, hors la loi, en regardant les rives naïvement vers de nouveaux idéaux.


Je suis votre pire cauchemar et votre rêve idéal.


Je vous invite sur mon île où un équilibre naturel et luxuriant vous appelle.


----


Je suis la liberté, je suis le changement, je suis la femme.

Je m’appelle Aurélie.


Enchanté.



Je la compare à une petite plante coriace qui, en dépit de tout, est arrivée, sans eau, sans engrais, sans soleil, à faire une courageuse feuille.


Mais si elle veut prendre de la vigueur, maintenant qu'elle a laissé derrière elle les mauvais moments, il lui faut se mettre en position de recevoir de l'humilité, des nutriments, de la lumière, pour pouvoir être florissante, couverte de feuilles et de fleurs. Mieux vaut nous donner des noms qui vont nous pousser à nous développer comme des créatures libres. C'est cela prendre de la vigueur.


[...]


Nous autres, femmes, sommes destinées à êtres florissantes sur cette terre, non pas seulement à survivre. C'est un droit de naissance.


« Femmes qui courent avec les loups » Clarissa Pinkola Estés

78 views0 comments

Recent Posts

See All